Scrutin du 9 février 2020

Les Suisses se prononcent sur les 2 objets fédéraux : l'initiative pour des logements abordables et la loi anti-homophobie.

Au niveau cantonal, il est question du transfert de la commune de Clavaleyres dans le canton de Fribourg.

Soumises aussi à la population, à l'échelle communale cette fois-ci, la fusion d'Arconciel, Ependes et Senèdes regroupées sous le nom de Bois d'Amont, celle de Surpierre et Cheiry ainsi que l'union de La Brillaz et Autigny.

Les communes de Grolley et Bossonnens votent sur l'instauration d'un Conseil général et du côté de Cheyres-Châbles, on se prononce sur une initiative communale contre la création et l'exploitation d'une décharge à Le Haut-Carro.

Verdict des urnes

Table ronde

Réactions et analyses des résultats du scrutin du jour sont au coeur de notre émission spéciale.

On fait le point sur les fusions dans notre canton, on veut comprendre ce que change la modification du code pénal avec l'extension de la norme contre le racisme à l'homophobie et on refait le match sur l'initiative "davantage de loyers abordables".

+

Journal de 18h

Réécoutez notre édition complète sur cette journée de votation.

+

Initiative pour des logements abordables

Les enjeux

Les pouvoirs publics doivent-ils intervenir pour garantir davantage de loyers modérés? Le texte lancé par L'Asloca veut que 10% des nouveaux logements soient d'utilité publique.

L'initiative est soutenue par la gauche, mais la majorité du parlement est contre. Tour de la question avec notre correspondant à Berne Jérôme Favre.

+

Le débat

Un quota minimum de constructions avec des loyers modérés : est-ce une nécessité sociale ou un interventionnisme d’Etat contre-productif ?

Revivez notre débat entre le socialiste et vice-président de l’Asloca Fribourg Matthieu Loup et le PLR et directeur de la Fédération fribourgeoise des entrepreneurs Jean-Daniel Wicht.

+

Norme pénale anti-homophobie

 

 

Les enjeux

Faut-il condamner les propos homophobes? La Suisse a-t-elle besoin d'une loi pour punir les discriminations liées à l'orientation sexuelle?

Les deux tiers du Parlement sont en faveur de cette disposition. Un comité référendaire, lui, dénonce une loi de censure qui menace la liberté d'opinion.

+

Le débat

Les personnes bi et homosexuelles en Suisse ont-elles besoin d'être davantage protégées? Faut-il une loi pour interdire la discrimination en raison de l'orientation sexuelle?

Retrouvez un face-à-face animé entre le vice-président de l'UDF Fribourg, Yvan Thévoz, et le vice-président du PBD du canton, Alexandre Korkia, également membre de l'association Sarigai.

 

+

News

Gempenach et Galmiz s'unissent avec Morat

27.09.2020

Le chef-lieu lacois compte ainsi un millier d'âmes supplémentaires.

x

Gempenach et Galmiz s'unissent avec Morat

27.09.2020

Un millier d'habitants en plus pour Morat. Le chef-lieu lacois va s'unir avec Gempenach et Galmiz.

Les citoyens des 3 localités ont accepté de convoler, les deux premiers à une large majorité alors que ceux de Galmiz ont validé le projet de justesse, à 51%.

Morat, champion des fusions dans notre canton, a accueilli pas moins de 7 communes depuis 1975.
La nouvelle entité sera effective au plus tôt début 2022 et comptera 9'300 âmes. /db

Le congé paternité passe haut la main

27.09.2020

Les pères auront droit à dix jours de congé à la naissance de leur enfant. Plébiscite des Fribourgeois à près de 68%.

x

Le congé paternité passe haut la main

27.09.2020

Ce scrutin aura été le bon: le congé paternité passe de 1 à 10 jours pour les pères suisses.

Les citoyens ont accepté cet objet à plus de 60%. Les Fribourgeois aussi l'ont largement plébiscité, à hauteur de 68% des voix.

Une victoire qui ravit le président du parti socialiste fribourgeois: "il faut maintenant continuer à travailler sur un congé parental beaucoup plus large", renchérit Benoît Piller.

Le projet prévoit donc un congé de dix jours de travail. Ces jours seraient à prendre dans les six mois suivant la naissance, soit en bloc, soit sous forme de journées isolées. Les vacances ne pourront pas être réduites.

Comme le congé maternité, celui pour les pères est financé par les allocations pour perte de gain (APG). L'indemnité correspond à 80% du salaire, mais au maximum 196 francs par jour. /sc-ats

 

 

L'immigration modérée de l'UDC balayée

27.09.2020

Le rejet a été net à Fribourg aussi avec près de 65% de non.

x

L'immigration modérée de l'UDC balayée

27.09.2020

A une large majorité, les Suisses ont balayé l'initiative de l'UDC qui voulait limiter l'immigration des ressortissants de l'Union européenne. Ils ont dit non 61,69%. Les Fribourgeois ont suivi le mouvement avec un refus à 65%.

Les citoyens du pays montrent ainsi qu'ils tiennent à leurs relations avec l'Union européenne. Le "non" a principalement été porté par les centres urbains et les cantons romands.

"On savait qu'on allait perdre, tout le monde était contre nous. Mais nous ce qu'on voulait, c'était juste réguler l'immigration", déclarait Pierre-André Page, élu fribourgeois au Conseil national, sur notre antenne.

L'UDC, premier parti du pays, essuie donc une défaite avec cet objet, auquel s'opposait l'ensemble des autres forces politiques ainsi que le monde économique. /sc-ats

Refus net pour les déductions fiscales

27.09.2020

Les Fribourgeois se sont alignés sur les autres cantons, par 56% de non.

x

Refus net pour les déductions fiscales

27.09.2020

Les parents ne bénéficieront pas de rabais fiscaux. Les Suisses ont nettement refusé les déductions pour enfants et frais de garde par 63,24%.

Les Fribourgeois disent également non, dans une moindre mesure, avec 56% des suffrages. Hormis Genève et le Tessin, tous les cantons ont rejeté le texte.

"Arnaque" fiscale selon les opposants

L'objet comportait deux volets. Il prévoyait que les familles qui font garder leurs enfants dans une crèche puissent déduire 25'000 francs de leur revenu imposable sur leur feuille d'impôt. La déduction n'aurait été accordée que si les familles peuvent la justifier. Actuellement, elle est plafonnée à 10'100 francs et ne couvre pas l'ensemble des frais de garde.

Le deuxième volet prévoyait une augmentation de la déduction générale pour les enfants de 6500 à 10'000 francs sur le revenu imposable. L'économie maximale aux impôts (pour un ménage de deux enfants avec un revenu net imposable d'environ 160'000 francs) est de 910 francs par enfant. C'est cette mesure, émanant d'une initiative PDC et soutenue par le camp bourgeois, que les opposants mettaient en cause.

Le PS, qui qualifiait cette réforme d'"arnaque" avait lancé le référendum avec les Verts et les Vert'libéraux. Près de la moitié des familles n'en auraient pas profité parce qu'elles ne paient pas d'impôt fédéral direct. /sc-ats

Avions de combat: un oui au bout du suspense

27.09.2020

Les Suisses acceptent du bout des lèvres l'achat de nouveaux avions de combat à 50,1%. Fribourg avait dit non.

x

Avions de combat: un oui au bout du suspense

27.09.2020

Le score aura été serré jusqu'à la fin, mais les Suisses ont accepté l'achat de nouveaux avions de combat à 50,1 % des voix. Les Fribourgeois l'avaient eux refusé plus tôt dans l'après-midi à 54,35%.

"C'est sûrement le montant et les nuisances sonores qui ont freiné les Fribourgeois", analyse Sébastien Dorthe, président du PLR Fribourg.

Un clivage entre cantons latins et alémaniques a fait la différence sur ce scrutin. En Romandie, seul le Valais a dit oui aux avions de combat. Rappelons que c'est le canton d'origine de Viola Amherd, ministre de la défense.

Modèle choisi par le gouvernement

Après l’échec de l’achat des avions Gripen en 2014, le Conseil fédéral a décidé de ne soumettre aux urnes que le cadre général de l'acquisition. Le choix du type et le nombre d'appareils nécessaires lui reviendra. La somme maximale de 6 milliards de francs, soit deux fois plus que le Gripen, est plafonnée. Elle ne pourra pas être augmentée, mais ajustée à l'évolution des prix si nécessaire.

L'avionneur choisi devra octroyer à la Suisse des mandats de travail pour un montant correspondant à 60% du prix d’achat des avions.

Ce montant doit permettre d'acheter les avions de combat qui remplaceront les 26 F-5 Tiger et les 30 F/A-18 de l'armée. Les premiers, acquis en 1978, sont déjà obsolètes. Ils ne peuvent voler que de jour et par temps clair, et ne servent plus qu'à l'instruction. Les seconds atteindront leur limite dans une dizaine d'années. /sc-ats

Non de justesse à la loi sur la chasse

27.09.2020

Il s'en sera fallu de peu, mais les cantons ne pourront pas réguler le loup à titre préventif.

x

Non de justesse à la loi sur la chasse

27.09.2020

A une très courte majorité, les Suisses refusent la modification de la loi sur la chasse par 51,9% des votants, selon l'institut gfs.bern. Le loup ne sera donc pas abattu plus facilement, n'en déplaise aux Fribourgeois. Ils ont en effet dit oui du bout des lèvres, à 50,66%.

Le co-président de la section cantonale des Verts, Julien Vuilleumier, analyse ce résultat de la manière suivante: "Les Fribourgeois se sentent solidaires avec les éleveurs qui sont déjà en difficulté. La question de l'agriculture et de l'estivage est importante dans le canton."

La révision de la loi a surtout été plébiscitée dans l'espace alpin et les petits cantons, mais les centres urbains se sont imposés. Les refus des centres urbains devraient toutefois tordre le cou à la réforme. /sc-ats

 

Centre sportif: large oui des Gruériens

27.09.2020

Les citoyens du district ont dit un Oui très net à ce complexe devisé à 55 millions.

x

Centre sportif: large oui des Gruériens

27.09.2020

Les Gruériens ont largement accepté, à 71,7% des voix, le crédit d'investissement de 55 millions pour bâtir leur centre sportif à Bulle. Seule la commune de Jaun a refusé cet objet à 53%.

Le complexe pourrait voir le jour en 2026, si le calendrier est respecté. Il doit comprendre une patinoire, une halle triple de gymnastique, un parking de 450 places et surtout une piscine couverte: quatre bassins dont un de 25 mètres de long avec huit lignes d'eau. De quoi répondre au besoin des écoles primaires de la région, et à l'évolution démographique.

Les communes les plus proches du centre sportif et les mieux desservies sont celles qui passeront le plus à la caisse, à l'instar de Bulle et Morlon. Ce sera l'inverse pour Jaun et La Roche, par exemple. Quant au fait d'avoir attendu 10 ans avant de voir le projet se concrétiser, il y a au moins un avantage: la facture par habitant est passée de 102 à 68 francs, en moyenne. /sc-jl

Images: GD architectes

Parlement d'élus à Neyruz et Siviriez

27.09.2020

Tout comme à Courtepin. Les communes de Granges et Montagny ont élu de nouveaux conseillers communaux.

 

x

Parlement d'élus à Neyruz et Siviriez

27.09.2020

Un parlement composé d'élus pour Neyruz, Courtepin et Siviriez: les citoyens de ces communes se sont prononcé en faveur d'un conseil général, à la place d'une assemblée communale.  

Gletterens et Granges ont en revanche refusé de s'en doter. Granges qui tient aussi sa nouvelle Conseillère communale en la personne de Christine Varone. Elle a été élue ce dimanche lors des élections complémentaires.

C'est le cas aussi à Montagny, où Anne Bersier et Yannis Baillet rejoignent l'exécutif. /scg-sc

La loi qui sauvegarde les lotos fribourgeois

17.09.2020

Elle doit permettre de légiférer sur les jeux d'argent dans le canton et de se conformer à la loi fédérale sur ce sujet.

x

La loi qui sauvegarde les lotos fribourgeois

17.09.2020

C'était une loi très attendue, et elle a été longuement débattue au Grand Conseil ce jeudi. La loi sur les jeux d'argent a été votée avec 77 voix pour, 0 contre et 10 abstentions.

Elle permet de poser un cadre dans le canton pour les jeux d'argent, comme les lotos ou les petites parties de poker par exemple. Cette loi doit permettre au canton de respecter la loi fédérale sur ce sujet.

Des lotos fribourgeois différents ?

La grande question de cette nouvelle loi, ce sont les lotos. Pour Maurice Ropraz, conseiller d'Etat en charge de la justice, cette loi "permet de sauvegarder les lotos fribourgeois".

Parmi les changements annoncés, la somme totale des lots proposés lors d'un loto peut désormais aller  jusqu'à 50 000 francs. Pour cela, il faut que ce soit des objets ou des bons d'achats. Au départ, le projet de loi parlait d'un montant maximal de 30'000 francs, mais un amendement a été déposé par Francine Defferrard, députée PDC, pour augmenter cette somme de 20'000 francs. 

Pour les lotos qui utiliseront encore des lots en argent, c'est à dire en espèces, ils devront se référer à la loi fédérale, "beaucoup plus restrictive" selon Maurice Ropraz. En plus de ça, les futurs lotos dans le canton devront être signalés auprès du préfet. 

Cette loi sur les jeux d'argent dans le canton de Fribourg doit entrer en vigueur le 1er janvier 2021. /fpn

Payerne perd sa syndique au profit du Château

09.02.2020

Christelle Luisier, syndique de Payerne, accède au Conseil d'Etat vaudois dès le premier tour de la complémentaire.

x

Payerne perd sa syndique au profit du Château

09.02.2020

Grande favorite pour entrer au Conseil d'Etat vaudois, Christelle Luisier a été élue dimanche au premier tour, avec 56% des voix.

Agée de 45 ans, la libérale-radicale, syndique de Payerne, succède à Jacqueline de Quattro, devenue parlementaire à Berne en octobre dernier.

Les forces au sein de l'exécutif vaudois ne changent pas avec 3 PLR, 3 PS et une Verte./db

Une place de transit à Wileroltigen

09.02.2020

Les gens du voyage étrangers disposeront d'un nouveau lieu pour s'arrêter.

x

Une place de transit à Wileroltigen

09.02.2020

Les gens du voyage étrangers auront une place de transit permanente dans le canton de Berne.

Les citoyens ont accepté à plus de 53% sa réalisation à Wileroltigen, près de la frontière fribourgeoise.

Le coût des travaux se monte à 3,3 millions de francs.

Malgré la création de cet emplacement, la situation reste tendue pour les gens du voyage étrangers.
La Suisse ne compte à l'heure actuelle que deux aires fixes, dont une dans notre canton, celle de la Joux-des-Ponts, sur l'A12./db

Clavaleyres peut devenir fribourgeoise

09.02.2020

Fribourgeois et Bernois ont voté en faveur du transfert de la petite commune bernoise.

x

Clavaleyres peut devenir fribourgeoise

09.02.2020

Notre canton est en passe de s'agrandir d'un kilomètre carré.

Les Fribourgeois ont accepté dimanche à 96% le transfert de Clavaleyres dans notre canton.
Les Bernois en ont décidé ainsi à 89%.

La petite collectivité, moins de 50 habitants, pourra fusionner dans la foulée avec Morat.

L'opération devrait entrer en vigueur le 1er janvier prochain, selon le calendrier établi, après l'aval des Chambres fédérales au transfert entre les cantons./db

Un dimanche riche en scrutins régionaux

09.02.2020

Une décharge refusée en Broye, un Conseil général instauré en Sarine et un législatif rejeté en Veveyse.

x

Un dimanche riche en scrutins régionaux

09.02.2020

Les citoyens de Bossonnens, en Veveyse, ont refusé à 52% d'instaurer un Conseil général au sein de leur commune.

Grolley, en revanche, se dotera d'un législatif dès mars 2021. Les votants l'ont approuvé à 71%.

Enfin, Cheyres-Châbles a catégoriquement refusé la création et l'exploitation d'une décharge au lieu-dit Haut-Carro. L'initiative communale en ce sens a recueilli 87% de voix./db

Image: carouge.ch

Pas de grande surprise au scrutin fédéral

09.02.2020

C'est non à "davantage de loyers abordables" et oui à la norme pénale anti-homophobe.

x

Pas de grande surprise au scrutin fédéral

09.02.2020

Il n'y aura pas d'obligation de construire plus de logements abordables. Les citoyens ont refusé hier à 57% l'initiative de l'Association suisse des locataires.

Notre pays pourra par contre sanctionner les discriminations liées à l'orientation sexuelle. Le peuple a soutenu à 63% un élargissement de la norme antiraciste.

Le canton de Fribourg a suivi la tendance nationale pour ces deux objets, qui n'ont d'ailleurs pas particulièrement mobilisé les électeurs. Environ 41% des Suisses et 37 % des Fribourgeois ont glissé un bulletin dans l'urne./db

Deux fusions sur trois validées

09.02.2020

Bois d'Amont verra le jour en Haute Sarine, Surprierre agrandit son territoire mais La Brillaz ne veut pas d'Autigny.

x

Deux fusions sur trois validées

09.02.2020

Fortunes diverses dimanche pour les trois projets de fusion de communes soumis en votation.

La commune de La Brillaz a refusé à 56% de s'unir à Autigny. Autigny qui a, elle, largement soutenu en vain cette fusion à un peu plus de 80%.

En revanche, toujours en Sarine, les citoyens de Senèdes, Arconciel et Ependes ont, eux, largement accepté d'unir leur village dès le 1er janvier 2021.

Même topo pour les communes de Surpierre et Cheiry dans la Broye./mpi

1