Éclairages

Chaque semaine, partez à la découverte des sportifs régionaux. Portraits, magazines ou reportages à découvrir ici ! 

"Mon unique club à l'étranger"

L'un des joueurs étrangers qui a marqué le sport fribourgeois s'appelle Pascal Perrier-David. Le meneur de jeu français (numéro 6 sur la photo) a porté les couleurs du Fribourg-Olympic entre 2005 et 2009, son unique club à l'étranger durant toute sa carrière. Celui qui a également défendu les couleurs de Limoges  est âgé aujourd'hui de 45 ans et il vit près de Lyon. Rencontre.

Son : le journal des sports du mardi 12 mai à 7h15 présenté par Valentin Danzi

+

Précédemment

"J'ai adoré mon expérience à Fribourg"

Simon Gamache n'a joué que deux saisons au sein de Fribourg-Gottéron, mais le Québécois a su rapidement se mettre le public dans la poche. Pourtant, le pari n'était pas gagné : avant de débarquer à Saint-Léonard, l'attaquant canadien avait porté durant quatre ans les couleurs du CP Berne, le grand rival.

Avec le club de la capitale, il avait donné du fil à retordre aux défenseurs fribourgeois, à commencer par Shawn Heins. Sur la glace, les deux hommes se provoquaient tout le temps et leurs échanges faisaient souvent des étincelles. En 2008, alors que Berne était archi-favori, l'équipe avait été sortie par Gottéron en 1/4 de finale des playoffs.

Cinq ans plus tard, Simon Gamache vivait une autre déception, peut-être la plus grande de sa carrière : perdre en finale du championnat avec Gottéron. C'était en 2013... contre Berne, son ancien club. /jr

Photo - Simon Gamache entouré de ses enfants au Québec

 

+

"Le futur, on le voit de moins en moins rose"

Helen Scott-Smith est journaliste indépendante. Toute l'année, cette Genevoise de 61 ans suit le tennis ou la Coupe du monde de ski alpin. Pour Radio Fribourg, mais aussi pour de nombreux médias européens, la Suissesse voyage aux quatre coins de la planète, questionnant athlètes sur athlètes.

Aujourd'hui, Helen Scott-Smith ne peut plus exercer son travail. À cause de la pandémie de coronavirus, elle est confinée, chez elle, aux Diablerets. Elle a dû rentrer en urgence des États-Unis, où elle se préparait à suivre les tournois d'Indian Wells et de Miami à la fin du mois de mars.

Helen Scott-Smith ne sait pas de quoi son avenir sera fait, mais elle est pessimiste./mc

 

+